Des brasseries de gares toujours à l’heure • homme déco

Des brasseries de gares toujours à l’heure

Des brasseries de gares toujours à l’heure

Emblématique d’une époque, les brasseries des gares étaient renommées non seulement pour leur cuisine mais surtout pour y accueillir les voyageurs. Au début des années 1900, les gares parisiennes connaissent un plein essor avec l’augmentation du trafic ferroviaire dû, entre autre, à l’Exposition Universelle. Ces gares deviennent de véritables portes d’entrée sur la capitale. Train Bleu, Terminus Nord ou bien encore le Montparnasse font partie des plus anciennes brasseries dites “de gare” mais ce n’est pas sans compter sur les nouvelles comme Lazare la dernière brasserie née. Une relève qui porte haut le drapeau de cette confrérie.

Le Train Bleu

En plein cœur de la Gare de Lyon, cette enseigne est le reflet de la splendeur de l’époque. Construite en 1900 par l’architecte Marius Toudoire à l’occasion de l’Exposition Universelle, cette brasserie est devenue mythique non seulement pour sa carte mais également sa situation géographique : la seule implantée dans l’enceinte même de la gare. C’est aussi la seule à appartenir à la SNCF sous la division Gare & Connexion.
Des dimensions exceptionnelles qui font de ce lieu un endroit mythique : hauteur sous plafond 8 m, longueur de la salle principale 26 m, à cela se rajoute les différents salons. Une décoration ostentatoire dont le but était d’impressionner les voyageurs. Deux styles se confrontent : l’art oriental et le style “Belle Époque” aux allures de gothique flamboyant. C’est aussi l’un des premiers exemples de mécénat industriel. C’est en 1963 qu’il portera son nom définitif en l’honneur du célèbre train “Paris-Vintimille” reconnaissable par sa couleur bleu nuit. Il devint le lieu préféré des personnalités mais également du cinéma où de nombreuses scènes y furent tournées.
Malheureusement le temps a laissé des traces et le lieu s’étiole. C’est pourquoi en 2013 un vaste chantier est lancé pour réveiller “la belle endormie” et lui redonner son faste d’antan. Classée aux Monuments Historiques, la “coque” n’a pas changé et sa salle principale a retrouvé son faste d’antan. Seul le mobilier contemporain a envahi les salons afin de proposer un espace chaleureux pour les voyageurs en transit.
Côté carte, réalisée par le chef Jean-Pierre Hocquet, celle-ci a été bien sûr renouvelée et fait la part belle aux plats “fait maison” réalisés avec des produits frais. Les plats emblématiques comme le gigot d’agneau rôti ou le Baba au Rhum sont toujours présents sur la carte pour notre plus grand plaisir. Avec ce fleuron, il était logique que l’enseigne Gares & Connexion soit à l’origine de l’opération “Gares Gourmandes” qui, une fois par an en octobre, ouvre les portes des gares en France à des chefs de renom. Place Louis Armand, 75012 Paris. www.le-train-bleu.com

Le Montparnasse 1900

Si cette gare est connue pour être la gare où les bretons sont arrivés en masse à Paris, c’est aussi un quartier où la vie de bohème règne en maître. De nombreux artistes aiment s’y rendre et se retrouver dans les cafés. C’est en 1858 que cette brasserie a vu le jour, mais elle connaît son véritable essor et son décor typique de ces années avec son rachat en 1903 par Edouard Chartier. Après être passé de main en main, il retrouve ses lettres de noblesse en 2003 et redevient une brasserie.
C’est en 1906 que furent entrepris d’importants travaux pour donner naissance à ce somptueux décor de type Art Nouveau : verrière aux couleurs chatoyantes, miroirs cernés de boiseries, longue balustrade en bois ouvragé et lumière tamisée. Il fut classé aux Monuments Historiques en 1984. À peine vous franchissez les portes, que vous vous sentez replonger dans ces années du début du XXème siècle. Cette “Belle Époque” où les intellectuels côtoyaient le monde ouvrier.
Côté table, on y retrouve les grands classiques comme la choucroute, le tartare de bœuf ou bien encore l’épaule d’agneau confite « façon 7 heures ». Escargots de Bourgogne et profiteroles au chocolat sont aussi au rendez-vous ! 59, bd du Montparnasse, 75006 Paris. www.montparnasse-1900.com

L’Européen

La Gare de Lyon est un lieu privilégié car ce n’est pas une mais deux enseignes mythiques qui se partagent les habitués et voyageurs de passage. En effet, l’Européen, situé juste au pied de la gare, fait partie de l’histoire des brasseries de gare. Même si c’est une histoire un peu atypique par rapport aux autres brasseries.
Si sa date de création reste encore un peu floue, sa date de renaissance ne l’est pas du tout ! C’est en 1972 que l’établissement prend ses couleurs Belle Époque sous l’impulsion du décorateur Slavik. Comme son homologue le Train Bleu, ce lieu est à la fois chaleureux et confortable : volutes en bois et jeux de miroirs, lustres en verrine, mobilier anglais avec fauteuils sur roulettes et banquettes style Chesterfield.
Côté table on se déplace pour leur grande spécialité, les fruits de mer bien sûr ! Et particulièrement pour leur plateau de crustacés et (ses) leurs huîtres. Autre spécialité, la choucroute de la mer (rascasse, saumon, haddock, moules d’Espagne et beurre blanc). Maintenant pour les amateurs de viande, la carte n’est pas en reste avec les spécialités de la maison comme le foie de veau poêlé à la Lyonnaise, pommes rissolées ou bien le tartare de bœuf ou poêlé aller-retour haché à la commande et préparé selon votre goût. De grandes traditions de la brasserie. 21, bis, boulevard Diderot, 75012 Paris. www.l-europeen.com

Terminus Nord

Le Terminus Nord était à l’origine un bistrot de gare appartenant à la Compagnie des Chemins de fer du Nord avant de devenir une brasserie à part entière lors de son rachat par un alsacien fuyant sa province annexée par les allemands après la signature du Traité de Francfort.
Mais c’est aussi, grâce à sa décoration, un lieu élégant et raffiné où les voyageurs, de l’homme d’affaires au touriste, aiment se poser à l’arrivée de leur train. Sous les grands plafonds, le temps s’est arrêté au début du siècle dernier. Ici l’Art Nouveau et l’Art Déco se mêlent et s’entrecroisent dans un cocktail de cuivre, d’acajou et de moleskine. Ses immenses fresques, ses affiches et ses sculptures de 1925 se reflètent dans de grands miroirs.
Côté table, le ton est donné par le chef Jean-Philippe Bourgueil qui a choisi de mettre à l’honneur les plus belles spécialités du terroir français dont les matières premières sont choisies chez les meilleurs fournisseurs. Ainsi, vous pourrez y déguster la bouillabaisse marseillaise, le ris de veau aux morilles ou bien encore son fameux banc de fruits de mer. 23, rue de Dunkerque, 75010 Paris. www.terminusnord.com

Lazare

Gare Saint Lazare, deuxième gare d’Europe en termes de flux de voyageurs (450 000 par jour), une gare entièrement refaite et sachant allier modernité et passé. Il n’en fallait pas plus pour décider le chef étoilé Eric Frechon pour y installer son nouveau restaurant. Situé sur le parvis à proximité de la fameuse passerelle classée Monument Historique, ce restaurant est aussi un lien entre ses racines normandes et sa vie parisienne. Ici pas d’ambiance feutrée des grands restaurants mais plutôt l’accueil chaleureux des brasseries. La démarche est simple, démocratiser la bonne cuisine en la rendant accessible au plus grand nombre.
Un cadre confortable et harmonieusement  mis en scène par l’architecte d’intérieur Karine Lewkowicz qui entraîne le voyageur de passage dans un lieu où la convivialité et le partage règnent en maître. C’est autour du bar central que s’articulent les différents espaces. Cuisine ouverte, alcôves, salon aux fauteuils club en cuir et les tables d’hôtes en bois sont autant de lieux de vie qui s’adaptent à toutes les occasions et aux différents moments de la journée.
Côté carte le talent d’Eric Frechon opère. Il aime étonner et surprendre : le trouver là où on ne l’attend pas. Les plats traditionnels de la gastronomie française côtoient les créations originales et audacieuses comme le Paris-Deauville un dessert signature. Le voyage ne se fait pas qu’en train, il se fait aussi au Lazare. Petite trouvaille du chef : les déjeuners des grands-mères. Un rendez-vous dominical qui nous replonge dans nos souvenirs d’enfance. Qui n’a jamais mangé, le dimanche en famille, le traditionnel poulet rôti aux pommes de terre et sa tarte aux pommes en dessert ? Les nostalgiques des grandes tables familiales se retrouvent autour des petits plats revisités, de nos grands-mères et servis dans les cocottes au centre de la table. Parvis de la Gare Saint-Lazare, Rue Intérieure, 75008 Paris. Tél. : 01 44 90 80 80. lazare-paris.fr

1f315d0461dd588b4ecee01b3ab13c18LLLLLLLLLLLLLLLLLLL