Fines lames • homme déco

Fines lames

Fines lames

Le couteau fait partie intégrante de nos vies. Dans la cuisine, sur nos tables, dans nos parties de pêche, en mode survie… on le trouve partout, sous toutes ses formes et pour toutes utilités. Il est à la fois objet pratique, objet décoratif mais aussi, parfois, objet ludique. Et s’il existe un objet typiquement masculin, c’est bien le couteau ! Et cela méritait un focus.

Petite ou plutôt longue histoire du couteau

Dater de manière précise la naissance du couteau est délicate. Nous pourrions, plutôt, donner une période qui serait l’âge de pierre avec l’apparition du silex. Il faudra attendre -1500 avant Jésus Christ, à l’âge du métal, pour voir les premiers couteaux forgés apparaître. C’est à cette époque que naît l’art de forger et l’outillage du forgeron a très peu évolué depuis.

À partir du 1er siècle, les romains le fabrique en acier et le premier couteau “repliable” apparaît. Il faudra attendre le XVème siècle, avec l’apparition de la fourchette, pour que son bout s’arrondisse et trouve sa place sur nos tables. Ce n’est qu’en 1921, aux Etats-Unis, que les premiers couteaux inoxydables voient le jour. Le métal étant plus dur et plus résistant, il autorise des lames plus fines et plus tranchantes.

Dernière nouveauté, en matière  de lame, c’est sans nul doute la lame en céramique, presque aussi dure que le diamant mais elle est aussi très légère. Il est né au Japon en 1984 par une fabrique japonaise Kyocera. Adopté par la plupart des cuisiniers par sa légèreté et son efficacité, il commence à envahir nos cuisines. Il est le compagnon idéal pour couper tous les légumes et d’une manière inusable.

À chaque utilisation sa forme

Si au départ il n’existait que très peu de formes de couteaux, de nos jours, il existe un couteau pour chaque utilisation. Que cela soit pour des raisons professionnelles ou non, chacun pourra trouver le couteau qu’il lui faut. En faire une liste reviendrait à faire un catalogue ! Mais nous pouvons les regrouper par famille : tout venant, poisson, viande, survie… S’il y a bien une pièce, dans nos intérieurs, où l’on trouve le plus de couteaux : pour manger et pour préparer le repas.

Si au quotidien nous n’utilisons qu’un seul type de couteau par simplicité, il faut le reconnaître, nous devrions cependant l’adapter au plat que nous mangeons. En effet, il existe des couteaux pour le poisson, la viande rouge, la viande blanche, le beurre ou bien encore le fromage. Autant lorsque nous recevons pour un dîner nous y pensons mais pas pour une utilisation quotidienne. D’autant plus qu’il nous faudrait beaucoup de place dans nos tiroirs pour les ranger.

Idem pour les couteaux dits de cuisine. Posés dans leur bloc sur le plan de travail ou fixés au mur, nous les arborons très fièrement. Mais au final nous utilisons le même dès que nous préparons le repas. En effet, tant qu’ils coupent… après tout c’est le principal ! En fait chacun, de par la forme de sa lame, a une utilité très précise. Couteau à pain, lame assez large et dentelée, couteau à filet (pour le poisson), lame très fine et très pointue, couteau à alvéoles (généralement pour les légumes), lame large avec des alvéoles, couteau du chef (pour la viande), lame très large… Bref, le plus simple quand vous allez les acheter est de les choisir en fonction de vos habitudes culinaires.

225a70d430230617a5e24e7203bfc8e1lll