La mère Poulard, une saga à la sauce normande

La mère Poulard, une saga à la sauce normande

IMG_5973

La mère Poulard, une saga à la sauce normande

Il y a des histoires de familles qui sont intimement liées aux lieux où elles habitent. C’est le cas de la mère Poulard. Native de Nevers, née le 16 avril 1851, Annette Boutiaud vient au Mont-Saint-Michel en tant que bonne avant d’épouser le fils du boulanger, Victor Poulard, le 14 janvier 1873. Une histoire qui aurait pu être un film de Marcel Pagnol, mais à la sauce normande.

mp02Une businesswoman du XIXe siècle

Annette et Victor Poulard ouvrent leur première auberge pour accueillir quelques archéologues, artistes et pèlerins. Aujourd’hui, l’établissement est occupé par la Poste, cependant on peut encore y voir la cheminée de l’époque. Tout ce petit monde étant tributaire de la marée et pour les faire patienter, Annette créa sa fameuse omelette au feu de bois, qui rayonne de nos jours dans le monde entier. Elle a aussi la géniale idée de fabriquer de petits sablés afin de les distribuer aux enfants des pèlerins. La sucess-story était lancée.

En 1888, ils quittent leur établissement pour acquérir l’« hôtel du Lion d’Or ». Ils le font démolir pour édifier un hôtel imposant et fonctionnel qui prit pour enseigne : « À l’omelette renommée de la Mère Poulard », aujourd’hui « La Mère Poulard ». Pendant cinquante ans, elle créa quelques 700 recettes inspirées des terroirs de Normandie et de Bretagne. Elle mourut le 7 mai 1931 au Mont-Saint-Michel.

De nos jours, et ce depuis plus de trente ans, l’entreprise est portée par un passionné, Eric Vannier. Passionné à deux titres, par le Mont-Saint-Michel, auquel il dévoua une partie de sa vie puisqu’il en fut le maire pendant 24 ans et qu’il fut très impliqué dans la renaissance du « rocher » pour qu’il retrouve son état insulaire. Et pour la mère Poulard, qu’il a fait croître avec comme letmotivs : la qualité et la tradition. Au sein même du Mont, on y trouve trois hôtels, quatre restaurants, un café, trois points de vente à emporter, huit boutiques de biscuits et de cadeaux souvenirs et trois musées.

Le restaurant et l’hôtel “la mère Poulard”

Dans le restaurant historique, on y savoure des omelettes au secret bien gardé dans un fameux grimoire, que même le meilleur des Arsène Lupin ne pourrait chaparder. On y déguste le célèbre agneau de pré-salé de la baie, du poisson en provenance de Saint-Malo, de la saint-jacques… et l’omelette sucrée, le tout dans un décor chaleureux et feutré au service impeccable. Carte de saison orchestrée par le très joueur chef cuisinier Alain Grespier.

Il faut absolument faire le détour par le piano-bar panoramique avec vue sur la baie qui devient le lieu parfait pour se détendre et admirer la galerie de personnalités qui couvre les murs de la bâtisse en sirotant le cidre maison médaillé d’or et en “écoutant du Miles Davis et le temps passe”.

L’hôtel 3 étoiles, labelisé Châteaux & Hôtels Collection, est installé dans la pure tradition d’une maison d’hôtes. Chaleureuses, feutrées et ambiance normande, les chambres vous accueilleront pour des nuits au calme.

On ne peut quitter ce lieu sans penser aux élections de 2017, où tout candidat doit venir manger l’omelette, car comme dit le dicton « Omelette tu mangeras, président tu seras »… comme ce fut le cas pour de nombreux candidats à l’élection présidentielle (de Jacques Chirac à François Hollande en passant par Nicolas Sarkozy). Le jeu est de savoir lequel ou lesquels aiment les œufs.

La biscuiterie

Difficile de parler de la mère Poulard sans aborder la biscuiterie. C’est en 1994, qu’Eric Vannier créa la biscuiterie pour faire découvrir au plus grand nombre, galettes, sablés, palets, et cookies. Le respect des recettes traditionnelles et la sélection rigoureuse des matières premières naturelles garantissent la qualité des produits. La Mère Poulard s’exporte un peu partout dans le monde avec une forte image au Japon et plus largement en Asie, en Amérique du Nord et dans plusieurs pays européens.

Le succès est tel, qu’une équipe de tournage coréenne (de 80 personnes) doit venir en septembre prochain – pendant un mois – pour la réalisation d’un sitcom. Un plus belle la vie à la mode asiatique qui aura pour thème : la mère Poulard. 좋은 맛 (bonne dégustation en coréen).

www.lemontsaintmichel.infowww.merepoulard.comwww.biscuiterie-mere-poulard.com

2b1d80e96c74ed5401794ee8a21bee1a^^^^^^^^^^^^^^^^